Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

-13 punti pè Sarko chì piglia a falata

L'omu chì hà dettu ch'ellu vulia esse valuatu segondu à i so risultati piglia una falata tremenda in l'opinione pùblica. Menu tredeci punti segondu à l'ultimu sundame, l'affare ùn sera mai vistu per un presidente elettu ùn face mancu un annu.



-13 punti pè Sarko chì piglia a falata
Per quellu chì ùn parlava ch'è di risultati ràpidi di a so pulitica, di valutazione è d'efficacità, l'affari sò in francese. Tutti i sundami dicenu listessa cosa : a pupularità di Nicolas Sarkozy si sprufonda, è in furia.

L'ultimu, quellu di stu lunni esciutu in Libération, mette à palesu una calata di tredeci punti è una magiurità d'opinioni negativi.

I francesi li rimpruvereghjanu prima a so mancanza di risultati in ecunumia è innù a capacità di dà u putere di cumprà à una pupulazione di più in più in pusizione dilicata.

Ma li piace pocu dinù a so manera di guvernà. Cumu esse pigliatu à u seriu quand'ellu dice ch'ellu ci vole à stringhje u currighjolu, chì e casce di u Statu sò viote è chì i francesi sò una mansa di stercaghji è di corci (sopr'à tuttu i funziunarii), mentre chì in listessu tempu u Presidente si spasseghja cù a so rolex, e so Ray-Ban è i so amichi di a jet set è ch'ellu alza a so paga di 170% ?

Tutti sò d'accordu per ricunosce ch'ellu dà piuttostu a fiura di u sbaccone è d'un spendione piuttostu ch'è di qualchissia di misuratu è di seriu innù e so spese...

Ancu puru à diritta è innù i ranghi di l'UMP cummencia à fà nasce u dubitu.

È in Corsica ? Per avà ùn ci sò stati sundami per sapè s'ellu hè calatu in l'opinione di a ghjente o nò. Ma a so ultima visita in Corsica hè stata interpretata di a listessa manera da tutti : una dillusione tamanta è un discorsu d'un viotu assolutu. Per quellu chì s'hè presentatu durante parechji anni cum'è "l'amicu di a Corsica" è cum'è essendu primurosu di l'isula, hè statu un cambiamentu radicale.

Appena cum'è per dì "n'aghju fattu abbastanza per voi, avà sbrugliatevi senza mè" ! Un bellu schjaffu per tutti quelli (è sò stati numerosi !) chì l'anu sustenutu ind'è noi.

Basta ch'ellu vaga à manghjà l'aligostia cù u so amicu Clavier. Ma attenti chì l'adizione ùn sia in fine di contu più salita ch'è previstu...

u 4 di Farraghju 2008
u webmaestru



1.mandatu da GWM u 04/02/2008 14:50
o Sanglisciu ?

2.mandatu da u sanglisciu u 04/02/2008 22:20
cosa c'é ?

3.mandatu da GWM u 05/02/2008 14:12
cosa aspetti ?

4.mandatu da Sbanditu u 05/02/2008 14:54
http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/02/05/nicolas-sarkozy-refuse-de-commenter-son-devissage-dans-les-sondages_1007481_823448.html?xtor=RSS-3208

Nicolas Sarkozy refuse de commenter son "dévissage" dans les sondages

Nicolas Sarkozy estime que sa baisse spectaculaire dans les sondages n'est pas "une question de fond". Interrogé, lundi 4 février, lors de sa courte visite en Roumanie dans le cadre de sa tournée des capitales européennes avant la présidence française de l'Union, le chef de l'Etat a laissé les journalistes français à leur curiosité : "Cela me ferait de la peine de répondre à cette question. S'il y avait une question de fond, je préférerais consacrer le temps imparti [à cette conférence de presse] à y répondre."

C'est une première. Le président de la République n'a jamais refusé de commenter les enquêtes d'opinion durant les années où elles lui étaient favorables. Il dédaigne cet exercice alors que, l'une après l'autre, toutes confirment son "dévissage" dans l'opinion. Relancé sur la même question, à l'issue de sa rencontre avec les Français de Bucarest, M.Sarkozy a opposé le même mutisme aux micros tendus.

Tous ses conseillers n'affichent pas ce dédain. Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, a tenté une explication, dimanche 3 février sur Europe 1. "Les Français sont un peu déçus", a-t-il admis. Un autre conseiller se veut fataliste : "Si on décortique les sondages à chaque fois, c'est mauvais pour le moral. Il y a cinq ou six instituts, ce n'est pas fini."

"WEEK-END ASSEZ CHARGÉ"

Arrivé à Bucarest après un passage à Gandrange (Moselle), M. Sarkozy s'efforce de redresser la situation. Face aux syndicalistes de l'usine ArcelorMittal menacés par la perspective de 600 licenciements, le chef de l'Etat a retrouvé les accents volontaristes qui ont été les siens pendant sa campagne : "Mon objectif est de garder des usines en France car un pays qui n'a plus d'usine n'a plus d'économie", a-t-il dit, en promettant la prise en charge par l'Etat "de tout ou partie des investissements nécessaires" pour maintenir l'activité sur le site.

Au surlendemain de son mariage avec Carla Bruni, il ne s'est permis que deux allusions à cet événement privé, conscient qu'une certaine impudeur en la matière lui avait nui. En Moselle : "Je dois dire que Gandrange comme voyage de noces, il n'y a pas mieux." A Bucarest où il était accompagné du père de sa nouvelle épouse, Maurizio Remmert : "J'ai eu un week-end assez chargé." Mais le quotidien roumain Evenimentul Zilei titrait, lundi, "le mari de Carla Bruni arrive à Bucarest". Et les photographes présents n'ont eu de cesse de mitrailler à chaque occasion la main droite du chef de l'Etat ornée de sa nouvelle alliance. Une question de fond…
Philippe Ridet

5.mandatu da estrimei u 06/02/2008 17:56
o sbanditu,
a pagina he longa ma un c'aghju capitu nunda.
straziu a scrive in corsu, s'ellu ci'ole dinnu a leghje u strangeru ,eu so leccu

Novu cumentu :