Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

E lasagne arrustite d'Ange Santini

Nanzu ch'ellu sia messu u focu in u so scagnu à a CTC, trè sgaiuffi aiaccini anu messu a panicca è trovu u tesoru piattu d'Ange Santini : kilò è kilò di lasagne findus...



È voi vi dumandate induv'elli passanu i soldi di u PEI ??? Aghju a paura ch'è no l'avessimu trova a risposta...

Ci hè un'infurmazione ch'è vo ùn avete forse micca rimarcatu. Innù u cumbugliu di l'evenimenti accaduti dop'à l'occupazione di a CTC è u focu messu à u scagnu d'Ange Santini, sò esciuti sti qualchì filaru innù a stampa è ùn l'averete forse micca letti. Ancu di grazia semu quì !

A ci dice Le Figaro :

A l'audience, les trois plus jeunes accusés, qui comparaissent pour dégradations et vol, ont expliqué avoir pénétré dans l'assemblée de Corse «par curiosité». Au troisième étage, ils ont abondamment pioché dans le bar, se sont cuisiné des lasagnes surgelées et se sont livrés à une bataille d'extincteurs avant d'être priés de déguerpir par un commando de quatre à cinq hommes masqués.

Alcool è lasagne à buzeffu...

Eccu ciò ch'elli anu trovu innù u scagnu d'Ange Santini. U tesoru piattu di a CTC. Chì pensavate truvà voi innù i lochi di putere ?

In America Bill Clinton avia i so sìgari.
U Kremlin è Washington avianu u so teleffunu rossu.
Ind'è noi i nostri cari eletti anu l'armarii pieni di lasagne...

Hè cusì, d'appress'à i nostri infurmatori e preferite d'Ange Santini sarianu e Findus mentre chì Camillou ellu preferisce e Picard.

Lasagnacce frestere messe à u cunghjalatore, mancu lasagne nustrale cusì bone cù u so tianu cum'ellu l'averia fatte u nostru Jean-Pierre Coffe corsu, Vincent Tabarani ! Chì vergogna ! È cumu vulete chì a Corsica si ne sorti cusì ? Chì brutta fiura quand'ellu si parla d'economia identitaria !

È dopu vi stunate chì i nostri capizzoni di a CTC sianu trattati di lasagnoni...

u 28 di Ghjenaghju 2008
u scrianzatu



1.mandatu da GWM u 28/01/2008 16:26
Un'si sà s'è Anghjulu Santini s'avia cunghjalatu lasagne "frestere" simbuli di a mundialisazione, o s'ellu si era tenutu qualchi resti di lasagne cucinate dà a so mamma o dà per ellu (chi sà ?), ch'ellu s'era purtatu à u scagnu, arricate ind'u "tupperware".

In'tuttu casu, quelli chi bramavanu "i manghjoni basta", tempi fà, anu persu u so tempu...o piuttostu ùn'anu micca finitu di mughjà ! Speremu...

2.mandatu da lasagnator u 28/01/2008 16:51
ùn so micca e lasagne PICARD chi piacenu à CAMILLOU, ma piuttostu U RICARD !!!!


3.mandatu da Sbanditu u 28/01/2008 17:05
Une nouvelle génération, radicale, désoeuvrée et sans encadrement

Le scénario est désormais rodé. A chaque fin de rassemblement nationaliste, ils se détachent du groupe de militants présents, enfilent des cagoules ou se masquent le visage derrière un foulard et, alors que leurs aînés remballent banderoles et calicots, ils allument les pétards qui donneront le signal des échauffourées avec les forces de l'ordre.


LEXIQUE

CORSICA NAZIONE INDIPENDENTE (CNI).
Principale formation indépendantiste, CNI est favorable à la lutte armée et soutient les clandestins du FLNC-Union des combattants, l'un des deux mouvements clandestins corses.

PARTITU DI A NAZIONE CORSA (PNC).
Opposé à la violence politique, le PNC milite en faveur de l'autonomie la plus large (non l'indépendance) de la Corse.

UNIONE NAZIUNALE.
Coalition électorale rassemblant CNI, le PNC et A Chjama naziunale, hostile aux attentats.

U RINNOVU NAZIUNALE.
Dernière-née, cette petite formation, réputée proche du FLNC du 22 octobre et étiquetée à gauche, se signale par son engagement radical dans les manifestations. Ses militants sont à l'origine du détournement du cortège nationaliste, le 12 janvier, et de l'occupation de l'Assemblée de Corse.

[-] fermer
Pour toute une génération grandie à l'ombre du mythe du FLNC et qui n'a pas connu la "grande époque" du mouvement clandestin corse, le temps de la discussion est révolu : place aux jets de boulons sur les forces de l'ordre, "le seul moyen, selon l'un d'eux, pour qu'"ils" comprennent que face à la répression, on ne se laissera pas faire".

Cette radicalisation d'une partie de la jeunesse nationaliste inquiète les services de sécurité. Mais, à côté de ces militants pressés d'en découdre surgit depuis plusieurs semaines un risque nouveau : une génération spontanée de "casseurs" sans attaches politiques, qui ratent rarement l'occasion de s'inviter aux manifestations nationalistes. Le 12 janvier, alors que 200 indépendantistes occupaient les locaux de l'Assemblée de Corse, certains de ces "éléments incontrôlables" se sont attirés les foudres des responsables du mouvement pour avoir consommé de l'alcool et dégradé les lieux malgré des consignes de bonne conduite réitérées.

"Ce ne sont pas des militants, martèle Ivan Perettone, l'un des responsables de la Ghjuventù indipendentista (Jeunesse indépendantiste). Depuis quelque temps, nous voyons débarquer de plus en plus de jeunes, souvent mineurs, que personne ne connaît et qu'on ne maîtrise pas forcément." Le jeune responsable étudiant, qui ne voit dans ces "actions isolées" qu'un "épiphénomène", déplore néanmoins que "les anciens du mouvement ne soient pas suffisamment à l'écoute d'une partie de la jeunesse".

AUCUN DIPLÔME

Paradoxalement, une telle analyse est également partagée par les services de police, qui estiment, à l'image de ce policier des renseignements généraux, que "l'éclatement du paysage politique nationaliste laisse ces très jeunes livrés à eux-mêmes et sans encadrement".

"C'est au mouvement de prendre la mesure des attentes exprimées par ces gosses", poursuit Batti Lucciardi, 30 ans, directeur de la publication du mensuel nationaliste U Ribombu. Pour ce dernier, "la difficulté à trouver un emploi, le sentiment que rien n'avance, que la situation est la même qu'il y a trente ans et un contexte de perte des repères dans un monde globalisé" expliquent en partie ce désarroi.

Selon l'Insee, 26 % des plus de 14 ans n'ont, dans l'île, aucun diplôme ; 19 % d'entre eux seulement sont titulaires d'un baccalauréat et moins de 10 % sont issus des deuxième ou troisième cycles universitaires. Pire, la Corse affiche depuis le mois de novembre 2007 un triste record : celui du plus important taux de pauvreté des enfants de 0 à 17 ans rapporté à la population.
Antoine Albertini
Article paru dans l'édition du 29.01.08. Le monde

4.mandatu da Studientinu u 28/01/2008 21:08
Eranu micca lasagne eranu cannelloni, dà fà a u micro-onda (un socu miccu cumu si dice) in 12 minuti !

Ma u peghju hè di puru a vodka di camillu ! U corciu un hà più nunda dà beie !


5.mandatu da pascalix u 29/01/2008 11:23
So d'accunsentu incu Studientinu, ci vole a fa una culletta di fondi per cumpra una riserva nova di votdka a u nostru camellu.

6.mandatu da u sanglisciu u 31/01/2008 22:22
micca abbastanza arrustite e lasagne o Ange ?

chi fà allora ?

a soluzione :

7.mandatu da Fernando u 03/04/2008 18:01
Le "lasagne" e i "cannelloni" sono cibi italiani. Solo noi, in casa nostra, le sappiamo preparare e cucinare a dovere. Evitate di ingozzarvi di porcherie piene di conservanti. È cibo per "pinzuti" parigini.

-Fernando- Sardegna, ITALIA.

Novu cumentu :


Seguitateci nant'à Facebook


L'articuli

Abbunatevi à a newsletter

Circà nant'à A Piazzetta