Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Hè apertu u più grande centru cummerciale di Corsica

Hè dunque apertu "L'Atrium", u più grande centru cummerciale di Corsica. S'ellu ci hè statu assai mondu per l'inaugurazione, l'evenimentu hè statu cumentatu assai nant'à e rete suciale.



Primu elementu : a coda

À nove ore è mezu, u giurnale "Linéaires" twittava digià per dì ch'ellu si facia a coda davant'à un magazinu. Ci face pensà à ste fiure ch'ellu si pudia vede in l'anni ottanta in i paesi d'Auropa di l'Este.


Ma da induve sorte tutta sta ghjente ? Forse averanu pigliatu un RTT.


Ladrium ?

Capunanzu, u centru cummerciale s'era digià fattu cugnumà "Ladrium".


U filmettu (attention, des images peuvent heurter)

Publicatu da Corse-Matin. Attenti, certe fiure ponu spaventà.


Una scena digià vista in "Le Grand Bazar", filmu cù i Charlots esciutu in u 1973.

Una versione di "Les Charlots en Corse" dunque.

"Ca va créer des emplois", ma qualessi ?

Invece, l'internauti parenu più crìtichi nant'à u tippu d'impieghi creati, è nant'à e cunsequenze nant'à i cummerci di u centru di e cità.




Cumu si dice "panurgisme" in corsu ?

Per certi, l'apertura di sta galleria cummerciale hè stata l'evenimentu di l'annu.


Ch'ella sia in Aiacciu o in Bastia, hè vera ch'è no avemu pigliatu a smaina di lampacci nant'à ciò chì hè novu.



Quale puderà resiste ?


Bandera è "Diu vi salvi Regina"

Più stunante hè stata a cerimonia cù a benedizzione è u "Diu vi salvi Regina".




Chì mudellu di sviluppu per st'isula ?

Ci pudemu quantunque interrugà nant'à u mudellu di sucetà ch'è no vulemu per l'avvene. Quella d'una sucetà unifurmizata ? Quella d'una Corsica cum'è locu di cunsumu, è chì s'assumiglieria à n'importa chì periferia di Francia o d'Auropa ?





Per parechji internauti, st'evenimentu hà qualcosa di tristu










Ah u mitu di "l'expansion économique"...

Stu filmu (La Soupe aux choux) hè esciutu in u 1981. Da a fizzione à a realità...


Hè apertu u più grande centru cummerciale di Corsica






u 9 di Nuvembre 2017



1.mandatu da Guidoni u 09/11/2017 14:47
Si u nostru paese si sviloppa nant'à i giratondi di e strade Territuriale è gira u spinu à l'internu sarà finitu una volta pè tutte un modu di campà nustrale, di a lingua è di l'usi antichi. Un paese ùn pò pe qualch'impiegu di pocu valore accettà ùn sviloppu contra natura è lampà à caterna una manera d'esse. Cusì ùn pò andà è ancu menu durà.

2.mandatu da PAISANU u 10/11/2017 22:05
Tinta Corsica ! un ti ricunoscu manc' a pena ....Un prete chi bennedisce un Tempiu di a cunsummazione ,e di piu cantanu u Dio Vi Salve Regina !! TAMANTA VARGOGNA ! quandu si sa che GHJESU a lampatu i marcanti fora di u tempiu ......

Qualchi anni in daretu ,so partutu da u cuntinente pà ritruva u nostru stintu , a nostra identita ,i nostri paesoli e oghje ritrovu cio ch'aghju lasciatu daretu a mè ....una Corsica chi piu va e piu s'assumiglia à sti "banlieues" cuntinentale .....

3.mandatu da estrimei u 11/11/2017 17:51
stu colpu , ùn scriveraghju micca a mea, ma vogliu cunsiglià stu scrittu vechju di parechji mesi:

https://ichjassidiucumunu.com/2017/03/26/tribune-libre-de-battre-le-coeur-de-geant-setait-arrete/
://

4.mandatu da Antò u 12/11/2017 11:31
Bravu Guidoni. Ghjè bè di vede chi stu cosu scandaliseghja tante ghjente

5.mandatu da A ghjuvanetta cu i spichjetti u 22/11/2017 15:10
Oghji, ATRIUM hè u più grande centru cummerciale di Corsica, cu pareghji alfieri sfarenti.

6.mandatu da ghjuvanotta u 22/11/2017 17:51
Un hè micca bè pè u sviluppu di l'isula.... è ancu pè a ghjuventù corsa in ricerca di travagliu

7.mandatu da sempre azzeza u 22/11/2017 18:15
hè una bella magazzina, mi piace i buttichi sephora i H&M .cù trè simani di assenza Aviu avutu u tempu di preparà per l'apertura di a magazzina.è particularmente di pensà tutte e cose ch'e andavanu à cumprà è sopra à tuttu u mio ricchezza di scarpi .Turnaraghju cun piacè ,hè una bella tenda.

8.mandatu da Votez JMM u 22/11/2017 19:11
Ghjè bè ci serà una calata di u disimpiegu in Corsica .

9.mandatu da bichette u 22/11/2017 20:49
à st'andatura diventeremu più sviluppatu è grande chi l'America. Omancu puderaghju manghjà cum'elli à u sdighjurnu è diu sà chi ùn m'imbruglià micca.

10.mandatu da i viturini u 22/11/2017 21:10
I picculu cummerciu fa campà i famiddi, u cummerciu maio attira a population. Une fa campà i paesi l'altri distrui i cita.

11.mandatu da bijetta u 22/11/2017 21:24
a construzione di stu centru commerciale vi permesse di esse vestiti tutti listessi #moutons
o d'esse in Parigi cumè vi piace

12.mandatu da Grominet u 22/11/2017 21:42
Stu centru cummercialu hè bè, parchì permissi di crea impieghi.

13.mandatu da Titi u 22/11/2017 21:43
A creazione di stu centru cummerciale hè be perchè a permessu di fà vene i marci di u cuntinente nantà l'isula.

14.mandatu da ghjuvanotta u 22/11/2017 22:01
Un hè micca bè pè u sviluppu di l'isula.... è ancu pè a ghjuventù corsa in ricerca di travagliu

15.mandatu da A Fiora u 22/11/2017 22:20
Ùn la sò sì l'atrium hè statu chjamatu cusì o s'ellu ci hè una spiegazione.. Perchè in m'interessendu à a storia di a Roma antica di pettu à i mo lochi , sò chì l'Atrium hè a pezza principale di una casa! Podasse chè no aspetimu chì l atrium sia a prima attrazzione d'Aiacciu. Indè tutti i casi sò scumudata per l'astri cummerci di a cità chì anu da esse messi d'accanti in perioda di natale.

16.mandatu da a stragna u 23/11/2017 00:00
L'atrium hè un centru cummerciale troppu maiò per aiacciu.

17.mandatu da mme chignon u 23/11/2017 12:36
ghjè un belllu articulu assai comicu! Ai raggiò!!

18.mandatu da Sarrolat Carcopinz u 24/11/2017 13:11
a Corsica s'assumiglia di piu in piu à una bella banlieue francese.

cumplimenti à tutti !

19.mandatu da auchan assassinu u 24/11/2017 13:39
Ceci dit, il est vrai que la grande distribution crée des emplois…

Elle en détruit bien plus. Pour deux emplois créés dans la grande distribution, sept emplois disparaissent à proximité, dans le commerce, l’agriculture et les PME. Et puis, quel type d’emploi crée la grande distribution ? Des temps partiels avec des horaires impossibles… C’est cela, le modèle de société que nous voulons ?

à lire ici :

http://www.20minutes.fr/economie/1704871-20151008-grande-distribution-sous-pretexte-cree-emploi-elus-ferment-yeux-choses-inacceptables

20.mandatu da auchan assassinu u 24/11/2017 13:42

21.mandatu da auchan assassinu u 24/11/2017 13:49
La France reine de la laideur et de l’aberration économique

Qui n’a jamais été effaré, à l’abord d’une ville, de cette succession de blockhaus aux couleurs criardes, de ces panneaux à perte de vue, de ces parkings aux dimensions soviétiques ? Qui ne s’est jamais senti agressé par ces publicités hurlant leurs slogans en lettres disproportionnées ? Qui, alors, n’a jamais songé que l’Occident, en ce XXIe siècle, avait inventé un nouveau genre d’univers concentrationnaire, d’autant plus dangereux que l’enfermement y est volontaire ?

Les privilégiés qui peuvent s’échapper de leur pays défiguré auront sans doute remarqué que ni l’Italie ni l’Espagne ne subissent cette agression dont le « plus beau pays du monde », le pays aux 80 millions de touristes, s’accommode sans plus de protestations. Ah si, à chaque nouvelle implantation, une association de riverains tente un baroud d’honneur, fait valoir la survie des commerces locaux, la qualité de vie, l’esthétique… Peine perdue. Dans le sud de la France, dans ce pays de Giono, de Pagnol, de Mistral, l’horreur est un mode de vie. Manosque, ville martyre. Mais le constat vaut partout ailleurs. Quel lecteur de ces lignes, s’il vit dans une commune de moins de 30 000 habitants, n’a eu vent du projet de construction d’une nouvelle grande surface dans son secteur ?


Le bassin d’Avignon compte 250 000 habitants. Son offre de grandes surfaces équivaut à celle d’une ville de 600 000 habitants. Et les achats de foncier se poursuivent. Autour de Carpentras, ville de 30 000 habitants qui compte déjà tout ce qu’il faut d’enseignes diverses et de laideur urbaine, on vit avec le projet d’un nouvel hypermarché et d’une galerie marchande. Pendant ce temps, le centre-ville se désertifie, les commerces ferment, et l’ambiance s’assombrit. Dans toute la France, plus de 50 grandes surfaces sont actuellement en construction, au point que la surface commerciale augmente tous les ans de plus de 3 %, alors que la consommation évolue à moins de 1 %. Et l’équivalent d’un département entier recouvert de goudron en l’espace de dix ans, pour les routes et les parkings. Dans la colère que les Français ont exprimée aux élections municipales, sans doute y avait-il un peu de cette impuissance face à la dégradation inexorable de leur cadre de vie.

Mais ce sont des emplois, rétorquera-t-on, de l’activité, de la croissance ! C’est en général l’argument des maires qui se laissent convaincre de s’ouvrir à cette merveilleuse modernité. Passons sur les éléments qui peuvent faire basculer leur décision, financement d’une route d’accès ou d’un rond-point, quand on ne soupçonne pas quelque proposition moins avouable. Au nom de l’emploi, donc. Mais à ce compte-là, la France devrait manquer de main-d’œuvre !

Précisons donc qu’au titre du crédit impôt compétitivité emploi, Auchan aurait touché quelque 25 millions d’euros. Carrefour, lui, s’est fait rembourser 125 millions. Pour la création d’emplois non délocalisables, non soumis à la concurrence internationale, et dont 40 % sont des emplois précaires. Pour le dire autrement, le choix de la France est de favoriser un système qui détruit son urbanisme, sa qualité de vie, son agriculture, ses emplois de proximité (trois emplois détruits pour un emploi créé dans la grande distribution), au profit d’emplois non qualifiés, précaires et générateurs d’une frustration immense.

Le choix de la France, mais pas le choix de ses citoyens. Car tel est le paradoxe : ce phénomène d’enlaidissement généralisé et de désertification des centres-villes est partout dénoncé. 8 % de vacance de commerces dans les villes françaises, plus de 10 % dans certaines villes comme Béziers ou Perpignan. Quiconque y verrait un lien avec le vote de ces villes aux élections municipales n’aurait sans doute pas complètement tort.

Dans le sentiment de désespérance qui frappe de nombreux Français, dans la crise identitaire qui les mine, il entre pour une part l’impression que ce qui faisait la beauté de leur cadre de vie, le cœur de leur sociabilité, est en train de disparaître. S’en inquiéter ne relève plus d’une coupable nostalgie pour un monde révolu, d’un manque de sensibilité aux merveilles de la modernité et d’un refus obtus de considérer les nécessités économiques, mais du minimum de responsabilité politique pour qui veut éviter le chaos idéologique.


Natacha Polony
Le Figaro du 19 avril 2014

Novu cumentu :


Seguitateci nant'à Facebook



Abbunatevi à a newsletter

Circà nant'à A Piazzetta