Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Hè ghjunta l'ora di l'Homo Corsicus Festivus

60 festivali, fiere è feste, ùn si sà quantu "grands bals" è altre "soirées corses", di chè imbriacassi tutte e sere sin'à settembre. L'estate, hè a stagione di l' "hyperfesta" permanente.



Averà finitu di campà u stereotipu di i Corsi azezi, sticchiti, serii è neri ? À vede a prugrammazione di l'estate, si pò dì chì a Corsica hè passata in l'epica di l' "hyperfestività".

Quellu chì sorte deve rifletteci à duie volte è almanaccà u so spartitempu. Ùn mancanu i "Guides de l'été" per presentà i festivali.
Hè ghjunta l'ora di l'Homo Corsicus Festivus

Da Calvi on the Rocks à Settembrinu in Tavagna, da a NRJ Party à u Corsica Biker Day, da u mojito à u pastizzu à u bancu fattu di cannisses, ci n'hè per tutti i gusti.

L'arte di fà festa hè siguramente anticu, d'altronde ci hè una paghjella chì dice cusì :

Aghju fattu tutte l'arte, zappaghjolu è segantinu
È po dopu aghju pruvatu, ancu quellu di u mulinu
Ma a più bella hè questa, Fà tutti li ghjorni festa.


Ma oghje semu passati à u livellu superiore, quellu di a festa permanente. A Corsica hè diventata terra di festivali è di feste.

U rumanzeru francese Philippe Muray avia à a fine di l'anni novanta discrittu cumu semu entrati in l'epica di l' hyperfesta è di i mojitos permanenti :

"Hyperfestive peut être appelée cette civilisation, parce que la festivisation globalisée semble le travail même de notre époque et sa plus grande nouveauté. Cette festivisation intensive n’a plus que de lointains rapports avec le festif d’autrefois, et même avec la déjà vieille "civilisation des loisirs". Le festif "classique" et localisé (les kermesses de jadis, le carnaval, etc.), comme le festif domestique assuré plus récemment par la télévision, sont désormais noyés dans le festif total, ou hyperfestif, dont l’activité infatigable modifie et transforme sans cesse les comportements et l’environnement. Dans le monde hyperfestif, la fête n’est plus en opposition, ou en contradiction, avec la vie quotidienne ; elle devient le quotidien même, tout le quotidien et rien que le quotidien. Elle ne peut plus en être distinguée (et tout le travail des vivants, à partir de là, consiste à entretenir indéfiniment une illusion de distinction). Les fêtes de plus en plus gigantesques de l’ère hyperfestive, la Gay Pride, la Fête de la musique, la Love Parade de Berlin, ne sont que des symptômes de cette vaste évolution."

(Après l’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1999)


Hyperfestiva a sucetà corsa d'oghje l'hè, è forse saria bè d'interrugassi nant'à sta moda.

Per Muray, semu passati da Homo Sapiens Sapiens à Homo Festivus Festivus. Per ellu hè infantilizazione è disneylandizazione. Tuttu hè mutivu di festa è di ghjocu, è l'anticu mondu hè sguassatu.

"L'habitant satisfait de la nouvelle réalité, le mutant heureux qui n'a plus avec l'ancien réel que des rapports de plus en plus épisodiques. Je désigne par "ancien réel" le monde concret fait de différenciations (à commencer par la sexuelle), de contradictions, de conflits et de possibilités de critique systématique portée sur toutes les conditions d'existence. Je dis "ancien réel", mais il n'y a pas de nouveau réel ; il y a, à la place, ce que j'ai appelé un "parc d'abstractions".

À un'epica induve l'apperitivi, e feste, e cummemurazione tenenu di prugramma puliticu è di a corsa à a festa (à quandu una Festa di u Riacquistu, una Festa di a Bandera, una Tamanta Festa di a Tamanta Strada ? Una Festa di u Sporting ecc...), i scritti di Philippe Muray ci danu da riflette.


u 9 di Lugliu 2017



1.mandatu da Magnifigoffu u 11/07/2017 12:27
Salute A Piazzetta !
Mi pudete dì di qual'hè stu ritrattu ?
Vi ringraziu capunanzu :)

2.mandatu da l'azezu u 16/07/2017 17:35
È una festa di a festa ? 👹

Novu cumentu :