Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

I vechji di l'Académie Française sò sempre vivi... è quelli di u Sénat dinù

L'Immortels, d'abitutine cusì discreti, sò surtiti di a so naftalina pè dì chì a ricunniscenza di e lingue regiunale saria una minaccia pè a Ripublica. D'astri vechji, quelli di u Sénat, Robert Badinter è Michel Charasse in testa, anu vutatu contr'à a ricunniscenza di e lingue minuritarie...



Parechji avianu vistu u mese scorsu in u votu di l'Assemblée Nationale qualcosa di storicu : saria scrittu in a custituzione chì e lingue regiunali facenu parte di u "patrimoniu naziunale". Poca surpresa !

"Patrimoniu naziunale"... Ancu s'ellu pare appena di mette e lingue regiunali à u museu, hè quantunque una piccula avanzata, una piccula apertura, un puntu pusitivu pè un guvernu cusì cunservatore. Allora perchè micca ?

Ma sta picculissima avanzatella di nunda ferà sorte i vechjoni di L'Académie Française da u so silenziu... Cumu ??? E lingue regiunali ricunnisciute in a Custituzione ??? In più in l'artiulu primu ??? Una vera catastrofa per l'Immortels, ancu pronti à rende l'arme. Di solitu cusì discreti, ùn si sente più ch'è à elli : hè una vera minaccia per a lingua francese.

In tantu, d'astri vechji si discetanu. Michel Charasse è Robert Badinter scuzzulati da u periculu tremendu ch'elle sò e lingue regiunale pè a Nazione è l'identità francese, sortenu da a so naftalina : u Sénat vota contr'à a ricunniscenza in a Custituzione di e lingue regiunale.

L'ordonnance di Villers-Cotterêts di u 1539 chì dice chì u "langage maternel françois” hè a lingua di stu paese hè salvu. A Francia, paese di chì difende cusì bè a tullerenza, a diversità linguistica, u multiculturalisimu, appartene dunque bè à u francese, è à u francese solu.

Da chè sentesi di più in più strangeru.

u 19 di Ghjugnu 2008
U Sgaiuffu



1.mandatu da JCVD u 19/06/2008 01:01
ùn ci hè ASSOLUTTAMENTE NUNDA DA ASPETTÀ DI STU PAESE E BASTA

2.mandatu da JCVD u 19/06/2008 01:02
è dopu ci parleranu di "main tendue"... UN PATTONE SI !

3.mandatu da Memorandum Of Understanding u 19/06/2008 10:11
Mi dispiace ma ci vole à accettà u funziunamentu di l'istituzioni demucràtiche. Cuntinuvemu à studià i "dossiers", à custruisce una suluzione pè l'avvene, è à fà prupusizione. Inseme ci la feremu.

4.mandatu da i vechji fora u 19/06/2008 11:02
et ça, c'est pas une forme de violence peut être ???? chi vergogna

5.mandatu da Mazzone u 19/06/2008 11:02
"La France tu l'aimes ou tu la quitte"..

Alè, a prestu... Bon viaghju è ventu in poppa !


6.mandatu da estrimei u 19/06/2008 13:11
o Mazzone ,
e noi cummu femmu? " la France ci nu quitte " ?

7.mandatu da estrimei u 19/06/2008 13:15
perche a sapete tuttu l'amore venne dà l'utule.

8.mandatu da Stavroguine u 19/06/2008 18:15
Ci voli à taddà u coddu à Badinter.

9.mandatu da Vaclav Havel u 19/06/2008 19:36

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/06/19/la-langue-et-la-loi_1060276_3232.html://
Edito du Monde
La langue et la loi
LE MONDE | 19.06.08 | 13h27 • Mis à jour le 19.06.08 | 13h27

C'est une bien belle querelle française que nous rejoue le Parlement ! Le 22 mai, lors de l'examen du projet de révision de la Constitution, les députés adoptent, à la quasi-unanimité, un amendement selon lequel "les langues régionales appartiennent (au) patrimoine" de la République. Le 18 juin - joli symbole -, les sénateurs suppriment cette disposition, jugée par les deux tiers d'entre eux, et de tous bords, attentatoire à l'identité nationale et à l'unité de la République.

Rien de moins ! Car on a entendu, une nouvelle fois, invoquer l'ordonnance de Villers-Cotterêts qui imposa, en 1539, l'usage du français dans tous les tribunaux du royaume. On a vu resurgir les mânes de l'abbé Grégoire demandant à la Convention de 1794 d'"anéantir les patois", ou celles des "hussards noirs" de la IIIe République, qui inculquèrent avec énergie le français aux petits écoliers bretons, basques ou corses.

Bref, jacobins et girondins se sont, une nouvelle fois, envoyé les grands principes à la tête. Les premiers en avocats solennels de la République une et indivisible contre tous les communautarismes, d'hier ou d'aujourd'hui. Les seconds en défenseurs tenaces d'une conception plus tolérante, dans le droit-fil de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, dont Jacques Chirac avait refusé la ratification en 1999.

Belle querelle, donc. Mais un peu vaine. Comme le soulignait l'Académie française à la veille du débat sénatorial, "les langues régionales appartiennent à notre patrimoine culturel et social. Qui en doute ?". Personne ne songe plus à les éradiquer - leur regain actuel en témoigne. Mais pourquoi inscrire cette simple réalité locale, culturelle et sociale dans la Constitution ? Qui plus est à son article 1er, celui qui définit la République française, avant même l'article 2, qui fait du français la langue de ladite République. Sauf à espérer utiliser ce levier pour, ensuite, remettre en cause l'utilisation du seul français par l'administration et la justice.

Une langue vivante n'a pas besoin d'être constitutionnalisée pour exister. Les 21 millions de Français qui sont allés voir les "Ch'tis" en fournissent la meilleure démonstration. Ce film a plus fait pour la langue régionale du Nord que n'importe quelle disposition légale. Sans drame national, et avec humour.
Article paru dans l'édition du 20.06.08.

10.mandatu da estrimei u 19/06/2008 22:06
u Corsu un he micca una lingua regiunale francese, he a lingua di u Populu Corsu. He gradune a ella ch'ellu si ricunosce .
si i francesi ci faciliteghjanu a pratica di a nostra lingua , tantu megliu ! ma a piu bella manera di difende a nostra lingua he di praticalla in ogni locu , a piu pudè. e quessa un he micca a Francia chi a ci permette ,simu noi stessi.

11.mandatu da filanciu u 20/06/2008 12:16
lettu nant'à Le Monde, da un lettore :

L'Assemblée nous promettait une place au musée, le Sénat nous envoie à la morgue

hè un bellu riassuntu

12.mandatu da oblomov u 21/06/2008 21:14
on ne tord pas le cou aux humanistes.Badinter a fait abolir la peine de mort.il est un humaniste.ou alors on est giscardien...

Novu cumentu :


Seguitateci nant'à Facebook


L'articuli

Abbunatevi à a newsletter

Circà nant'à A Piazzetta