Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Jérôme Ferrari : "j'aimerais qu'on soit un peu moins obsédés par l'image qu'on donne sur le continent"

Quandu l'attualità hè bughja, ùn face micca male di stà à sente ciò ch'elli dicenu l'intellettuali. U scrittore è insignante di filosufia, premiu Goncourt 2012 Jérôme Ferrari era l'invitatu di u Club de la presse di RCFM.



Jérôme Ferrari : "j'aimerais qu'on soit un peu moins obsédés par l'image qu'on donne sur le continent"
Jérôme Ferrari hà cumentatu l'attualità in l'emissione di RCFM Le Club de la presse. S'hè parlatu di l'affare di Siscu. È dunque di u trattamentu di a Corsica in i media :

"C'est insupportable, mais ça ne va pas s'arrêter. Quand on se lève le matin de bonne humeur et qu'on a envie de se gâcher la journée il suffit d'aller sur le site d'un grand quotidien et de regarder les commentaires de n'importe quel article dans lequel il y a le mot "corse".

On suscite des réactions avec des variations hystériques : soit une répulsion intolérable, soit une admiration de gens dont il serait bien de ne pas être admirés. Et c'est leur problème ! Moi ce qui m'intéresse c'est ce qui se passe ici. Et j'aimerais bien de temps en temps, tout énervé qu'on soit en lisant les commentaires, qu'on soit un peu moins obsédés par l'image qu'on donne sur le continent. Après tout si des gens ont un problème d'image avec la Corse c'est leur problème à eux, pas le nôtre. Et Dieu sait ce que je pense de Christophe Barbier et de l'éditorialiste du Courrier Picard...

Il est absolument évident qu'il ne pourraient écrire ce qu'ils écrivent sur aucune autre communauté. Ils finiraient au tribunal, il y aurait des plaintes déposées contre eux. Mais moi je suis content qu'on ne dépose pas plainte contre eux. Donc ils délirent et on a ce petit privilège qu'on peut se faire taper dessus.

C'est fâcheux, mais c'est pas la peine de se détourner complètement de ce qui se passe ici pour focaliser là-dessus, c'est deux choses complètement différentes.
"

Dop'à l'affare di Siscu, un edituriale "pusitivu" di a giurnalista Natacha Polony (vicina di Jean-Pierre Chevènement) era statu spartutu assai da i Corsi nant'à e rete suciale (è di manera appena stunante, da numerosi naziunalisti corsi).

Da leghje : L'honneur du peuple français en Corse

Più "misurata" Polony ? Micca sigura :

"C'est pas parce qu'elle est plus mesurée sur les évènements, c'est parce qu'elle est contente de ce qu'il s'est passé. Ca n'a rien à voir avec une espèce de froideur rationnelle de l'analyse. Les gens qui sont contents que le peuple blanc et catholique réagisse virilement aux agressions trouvent la Corse extrêmement sympathique."

Hè detta !

Per ascultà l'emissione sana : Le club de la presse : Jérôme Ferrari

u 28 di Sittembre 2016



1.mandatu da ghjacumu u 28/09/2016 20:12
bravu ! in quant'a tutti i naziunalisti chi si so incantati di l'articulu di natacha polony, naziunalista francese anti-corsa : CUMPLIMENTI.

2.mandatu da èdemuli u 29/09/2016 20:01
à quandu "un jeté de journalistes dans le port de Bastia (quelli di BFM o itélé in priurità..) ? tandu si chì entreremu infine ind'e a storia!!

Novu cumentu :