Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Liberemu u nostru liturale !

Giurnalisti di France 3 minati, pagliotte illegale, parkings di Portivechju è di a Marana à 20 €... i Corsi ùn dicenu nunda, u Statu lascia fà. È l'altri si techjanu.



Liberemu u nostru liturale !
Aviamu digià parlatu di u bor'di mare privatizatu (vede l'articulu è u filmu di France 2 in Cala di Figu), eccu avà u ritornu di e pagliotte.

L'affare si passa in Coti Chjavari, induve una squadra di giurnalisti di France 3 facia un filmatu nant'à l'occupazione illegale di u liturale da e famose pagliotte (leghje nant'à Corse-Matin). A videò hè in linea nant'à u situ di France 3 Corse.

Si parla di u mare di u golfu d'Aiacciu, ma si puderia parlà dinù di i parkings à 15 o 20 € in Portivechju è à a Marana.

12 anni dopu à l'affaire des paillotes, nunda hà cambiatu. Certi cuntinuveghju d'empiesi a panza è e stacche, i Corsi ùn dicenu nunda, è u Statu lascia fà.

Cuntinuvemu cusì ?

Liberemu u nostru liturale !

u 2ndu di Sittembre 2011



1.mandatu da SANTUCCI u 02/09/2011 13:31
Salute,

Di tutta manera l'estate un simu piu dè noi: a u risturante, in muntagna, à u mare. C'è un affaru anormale per mè: paga i parking l'estate cume i turisti.

A prestu.

2.mandatu da estrimei u 02/09/2011 14:33
e a dilla franca , ancu d'inguernu un simu piu inde noi, mancu di vaghjime , mancu di veranu.
e 'ncu l'intrunisazione di i "résidents" , l'affari seranu ancu peghju !

3.mandatu da Altore2a u 02/09/2011 14:55
A legge é stata cambiata calchi mesi fa sott'a pressioni di i meri di u liturale.
http://www.courrierdesmaires.fr/actualite/france-les-regles-de-la-concession-de-plage-devraient-s-assouplir-28371.html

4.mandatu da Nemancu Perride u 02/09/2011 16:41
U corsu d'ava (noi, ci vole à dila) ghjè sopra tuttu primurosu di stassine senza travaglià d'inguernu è s'ellu pò ancu menu di statina.
Allora ùn è tamantu pinseru di vende a so terra è e loche induv'i s'antichi anu strazziatu per lasciali un pezzu di terra corsa.
Pocu primura à quale è per chì fà....

5.mandatu da carghjese u 03/09/2011 02:03
s'elli mettenu i parking à 20 € u ghjornu hè ch'ellu ci sò i conni chi ci vanu! basta à più andà inde sti ladroni!!

6.mandatu da ghjustizia u 03/09/2011 13:34
A chi ghjovanu e leggi ? quale hé in carica di falle rispettà ? quale hé chi prutece ssi accatani pronti a tuttu per empiesi ? i flichi e a prefettura sô a corrente ma chjovenu l'occhji per chi certi di i nostri eletti intervenenu per ssa ghjente : simu davanti a un veru associu di malfattori .

7.mandatu da ANTO u 03/09/2011 17:57
So è malfatte di u "tout tourisme" messu in ballu da poi parecch'anni da a squadra UMP incu u sgio Roccasera e u so amicu Santini .

8.mandatu da Estrimei u 04/09/2011 08:04
RICUPEREGHJA A TO TERRA!

un seria statu piu nustrale:
RIPIGLIA A TO TERRA ?
vulemmu dà forza a a lingua corsa o fà ciambuttata di corsu frencese e talianu?

9.mandatu da ANTO u 04/09/2011 14:30
@Estrimei u 2011-09-04 08:04
Si puderebbe ancu di :"riacquistèmu a terra " mi si pare .

10.mandatu da ESTRIMINILATOR u 04/09/2011 15:30
o Estrimei, BASTA e to rimarche nant'à a lingua !!!
ùn ai micca capitu chi cio chi tomba a lingua corsa, hè di passà u so temu à ripiglià à l'altri ?

"ùn si dice micca cusi... ci vole à di cusi..." FALLA FINITA !

in più, faci pienu di sbaglii


11.mandatu da Estrimei u 04/09/2011 16:00
o ESTRIMINILATOR,
facciu i sbaglii? he vera ! (un so ne natu amparatu , ne a a ricerca di a perfezzione) . megliu ferie di curregelli , chi ghjuveria per tutti.
ma di vullè mettemi i termini, custì ,si tu chi faci un sbagliu .
una lingua ch'omu ha persu , di poi anni e anni , si merita ch'omu facci i sforzi per adupralla cum'ellu ci'ole .

12.mandatu da perchè micca u 04/09/2011 21:25
o estrimé, ai a ragiò di falle, e to rimarche ùn sò mancu gattive, ma ciò chi scumoda induv'è tè hè chì a to lingua è a to manera di scrivela sò assai strampalate. A cunnosci quella di a Bibbia ? vedi a paglia in l'ochju di l'altri è micca u travu inde u toiu ! Ùn simu micca in scola, ai da finisce per scuragisce a ghjente.

13.mandatu da Estrimei u 05/09/2011 07:12
o perchè micca
dici:
vedi a paglia in l'ochju di l'altri è micca u travu inde u toiu !

serrà ! ma tu , cume tutti l'astri, mi pudete curegge.... e nu a mi piglieraghju micca a male.
avemu bisognu di riaquistà a nostra lingua , e he per quessa ch'ell' un si po esse dilicatu di sucuagna.

14.mandatu da perchè micca u 05/09/2011 10:20
Carissimu estrimei, a faria vulenteri, ma ùn hè quì u locu. Tutti sarianu infastiditi. A sai ch'ellu ùn hè micca un blog di lingua ma d'edee. A Piazzetta ùn hè un' accadèmia. S'ella t'interessa veramente a scrittura di a lingua, buscati qualchì insignamentu fattu da spezialisti

15.mandatu da Estrimei u 05/09/2011 11:30
si un rispunsevulle di a piazzetta mi dice chi un he micca cunsigliatu di trattà di a lingua.
he capita chi a a seconda pianteraghju di scrive.
ma ci'ole ch'elli a mi dichenu

16.mandatu da femuneafinita u 05/09/2011 15:06

parechji un parlanu piu a lingua nustrale temendu sempre di fassi ripiglia da un "kapo" sapientone...e cusi piu nimu parlera corsu...

17.mandatu da soffiu di libertà u 05/09/2011 15:13
Caru Estrimei, si sinceru, passiunatu è pienu di bona vuluntà.

Ma a lingua corsa ùn hà bisognu d'un "maître Capello" chi ci ripiglia tutta a ghjurnata per dicci cumu ci vole à dì.

Hà bisognu d'esse parlata, scritta, letta, stata à sente...

E discussioni di lingua m'ingonfianu. A riescita di stu blog hè ghjustu à puntu ch'ellu ùn si parla micca DI lingua... MA SI PARLA IN LINGUA...

lascemu e discussioni di lingua à i spezialisti, à dite a vostra, à u foru corsu... è nant'à stu spaziu, LASCEMU SCRIVE A GHJENTE CU I SO SBAGLII

QUI, HE UN SPAZIU DI LIBERTA E DI LIBERA SPRESSIONE !

SCRIVITE PURU, ANCU FENDU I SBAGLII

Per piacè caru Estrimei, lascia respirà appena a nostra lingua.... tantu, sbaglii ne femu tutti ! in corsu, è ancu in francese...

18.mandatu da Estrimei u 05/09/2011 18:08
nenzu vi vuglia assicurà chi un aghju mai dettu u centesimu di so ch'o pensava. aghju sempre pruatu a avè a misura e un he chi di tantu in tantu ch'ellu mi paria ghjuviziosu di signalà so chi mi paria un andà.-stu foru he lettu da parechji;-
un aghju mai avutu a prutensione d'esse un sapientone , ne di suttumette a nimu. mi paria chi di pruvà a sperte so ch'o sapia pudia ghjuvà.
site parechji a cunsiderà i mio scritti cume prutensione fumuta chi vole cunturbà.
avete raggiò di sbarazzivine
vi salutu !

19.mandatu da soffiu di libertà u 05/09/2011 18:33
ma nò ! ESTRIMEI STà cun noi !!!

ùn ti n'andà, o sinno lanciemu u muvimentu "CI VOLE à RICUPERà ESTRIMEI"

si una sega, ma ti tenimu caru. avemu bisognu di tè !

20.mandatu da machja u 05/09/2011 19:53
O Estri, un ti scuraggisci per duie parulaccie, a to lotta hè a difèsa di a lingua e ci sera sempre cuntraditori nant'a to strada, ma l'ostàculi un so fatti per piantà a nostr'andatura ma per esse abbattutu.
O Estri, si dice "pruatu" ma si scrive pruvatu !!!!!!

21.mandatu da machja u 05/09/2011 19:54
abbattuti..

22.mandatu da U Vagabondu u 05/09/2011 19:51 (da un teleffuninu)
Ùn capiscu e vostre parolle ver'di Estrimei, ùn hà mai dettu gattivezze, ùn hà mai fattu rimproveru. Pruvava solu à fà avanzà a lingua.
Ùn ci vole à fà rimproveri ma currege sì, hè a sola manera di salvà a lingua.

23.mandatu da Salvemu Estrimei u 06/09/2011 01:25
Estrimei, stà cun noi è leghji st'articulu di Le Monde :

Les bergeries de la Sarkozie

Enquête | LEMONDE | 26.08.11 | 15h52

Il plastronne, radieux. Il faut dire que la prise est belle. En ce mois de juillet, Paul Canarelli, le propriétaire du somptueux domaine de Murtoli, niché entre Sartène et Bonifacio, à l'extrême sud de la Corse, a réussi à attirer chez lui - le rendez-vous n'était pas inscrit à l'agenda officiel - le nouveau secrétaire d'Etat chargé du tourisme, Frédéric Lefebvre. A se faire photographier avec lui, au milieu de ses bergeries de pierres sèches, devant la sublime baie aux eaux turquoise de Roccapina. Et à faire la "une" de Corse-Matin sous cet éloge ministériel appuyé : "Le domaine de Murtoli est l'exemple à suivre."

On lui reproche d'avoir retapé ou reconstruit ses maisons à toit de lauze sans permis ? L'inaccessibilité de ses plages, alors qu'en France le domaine maritime est public ? On l'accuse d'un vol de sable sur la plage voisine ? Peu lui importe. Le message livré par le cliché est clair : "Le pouvoir est à mes côtés ; il adoube un homme fréquentable."

Les avocats qui se dressent contre lui, cadastre et code rural à la main, peuvent bien s'étrangler de ce soutien haut placé ; Paul Canarelli, "flatté", jubile. Fini le déferlement médiatique qui avait empoisonné son été 2008. La presse s'était passionnée pour le combat d'Anne de -Carbuccia, ancien mannequin de 43 ans mariée à un riche homme d'affaires italien, contre ce descendant d'une famille de bergers du coin.

En 2001, cette grande femme cosmopolite - née à New York, installée à Milan, et petite-fille d'un Corse originaire du village de Carbuccia - tombe en arrêt devant une annonce immobilière de la revue Propriétés de France. A vendre, tour génoise, anse de Murtoli, pieds dans le sable, plus 50 hectares autour. Un rêve, une affiche : le fortin génois a d'ailleurs servi à promouvoir dans le métro parisien le tourisme insulaire. Le vendeur se trouve être un cousin éloigné, qui en veut 610 000 euros (officiels), vite accordés.

Dressée comme une tour de contrôle sur un rocher de la crique de Murtoli, la maison d'Anne de Carbuccia est comme un kyste dans ce domaine clos. Une pièce étrangère. Un oeil indiscret. De là, on peut embrasser tout le domaine du regard, y compris les couples, parfois clandestins, qui viennent paresser sur le sable. Mais surtout, repérer qui débarque en Zodiac des yachts, des gros voiliers ou d'hôtels tout proches, avant de s'attabler aux deux restaurants du domaine - l'un posé sur la plage, l'autre niché dans une grotte. Parmi eux, beaucoup de banquiers français et européens en recherche d'investissements touristiques locaux, hommes d'affaires (Alexandre Allard, cet entrepreneur qui souhaite rhabiller l'hôtel de la Marine, à Paris), stars de TF1 (Claire Chazal ou Laurence Ferrari) ou du show-biz, étoiles du foot ou de l'automobile, et tant d'autres.

Face à Anne de Carbuccia, le fameux Paul Canarelli, beau gosse de 44 ans à l'éternel sourire diamant sous ses lunettes de soleil. Une figure locale. Il ne comprend qu'en 2005 que celle qu'il prend l'été pour une riche locataire - Anne de Carbuccia reçoit dans sa maison fortifiée des visiteurs venus en jet privé - est devenue la propriétaire de la bâtisse fortifiée. Furieux d'avoir raté l'affaire (on dit qu'il trouvait le prix trop élevé), il assure que, en vertu d'un "bail verbal" passé naguère entre son père et le propriétaire devenu vendeur, il possède un droit de préemption. Et de réclamer la restitution du bien, joyau de ce domaine de "2 200 hectares de maquis bordés par six kilomètres de côtes et de criques à l'eau cristalline".

Menaces, imbroglio autour du droit de passage, descentes de gendarmes et d'huissiers, perquisitions... Entre celle qui s'estime propriétaire officielle et celui qui juge la vente caduque, un feuilleton judiciaire s'engage, vite relayé par la presse. Très mauvais pour l'image du domaine de Murtoli.

Cet été, Paul Canarelli respire enfin. Le bras de fer est loin d'avoir pris fin, mais il se livre dans les prétoires, à coups d'assignations, de référés, d'appels, et loin désormais des projecteurs. Alors que la profession s'inquiète d'une baisse de fréquentation touristique dans l'île, le concept haut de gamme de Murtoli fait mouche : les quatorze bergeries, pourtant louées de 4 900 à 22 800 euros la semaine en ce mois d'août, sont pleines. "Ma plus belle saison. Le fruit de dix-huit ans de travail."

Ce n'est plus dans les colonnes faits divers que l'on parle aujourd'hui de son domaine, mais dans les prestigieuses revues d'hôtelleries étoilées qui vantent l'alliance de "l'identitaire" et du très grand luxe de cet anti-Sperone - un refuge tout proche qui avait séduit les riches, dans les années 1990. A l'intérieur des gîtes de luxe perdus dans le maquis, des patines à la chaux, des chevets en marbre, des interrupteurs en porcelaine - comme dans les maisons corses d'époque -, mais aussi des coffres-forts pour les bijoux. Autour de chaque bergerie, une piscine à débordement fondue dans le maquis, un spa sur la roche, une cuisine d'été. Le tout à trente kilomètres du premier village, mais avec un service cinq étoiles, et nombre d'activités sportives.

Des concerts de violoncelle sur la plage, les soirs de pleine lune, aux massages prodigués entre les roseaux, sans oublier la table (des grands crus insulaires accompagnent les plats de terroir raffinés servis au domaine) : rien n'est laissé au hasard. En octobre 2010, Murtoli s'est vu décerner, place Vendôme, le Prix du meilleur resort d'Europe 2010. Il a aussi gagné avant Noël le Premier Prix Tatler Travel Guide récompensant le concept d'"agro-tourisme" dont se prévaut Paul Canarelli, veste huilée et bottes en caoutchouc : Murtoli est un domaine agricole où paissent les vaches et poussent fruits et légumes, doublé d'une chasse. Les mauvaises langues mais bons fusils du coin racontent qu'"on lâche à propos des sangliers et des bécasses pour ne pas décourager les Parisiens"...

Les Parisiens ? Paul Canarelli ne "donne" jamais le nom de ses clients. A l'entrée du domaine, guérite, lourdes portes et "pass" obligatoire découragent les intrus. "Si un paparazzi tente sa chance, c'est à ses risques et périls", a prévenu Paul Canarelli. N'est-ce pas aussi cette discrétion qui fait le prix de Murtoli ? "Pour distribuer le petit déjeuner, le room service doit parcourir 50 km en 4 × 4" sur les pistes tracées dans le maquis, raconte le propriétaire des lieux - le tout sans croiser d'autre être vivant que des marcassins. A peine notre hôte consent-il à citer Jamel Debbouze et Mélissa Theuriau parmi les inconditionnels qui atterrissent discrètement à Figari, où les attendent chauffeurs et taxis.

C'est toujours par hasard qu'on connaît l'identité de ses locataires. En visite ministérielle dans le domaine, le 21 juillet, Frédéric Lefebvre a toqué à la porte d'une bergerie et s'est trouvé nez à nez avec... Thierry Ardisson : "Je suis un habitué des lieux, ici je peux vivre comme le faisaient mes ancêtres dans le Midi de la France, a confié l'animateur de télé, en short, à la presse locale. Je suis avec mon amoureuse, ce cadre et cette chaumière nous suffisent, on n'a pas besoin de plus." Et c'est parce que les gendarmes ont perquisitionné la tour -d'Anne de Carbuccia, à l'été 2008, qu'on en a découvert les locataires : la famille de Miroslav Siljegovic, propriétaire à Paris de la Closerie des Lilas et du Café de Flore. A l'époque, le couple avait loué la maison à... Paul Canarelli. Sûr de son fait, il venait d'en faire changer les serrures, après s'être débarrassé des meubles et avoir entrepris d'importants travaux.

"Même les nounours de mes enfants avaient disparu !, s'indigne sa propriétaire trois ans après. Il a installé du double-vitrage à la place de mes carreaux d'époque, rajouté des balustrades aux fenêtres... D'une authentique maison corse, il avait fait un mas provençal pour touristes." La jeune femme a déposé plainte, valant dans la foulée à Paul Canarelli une mise en examen pour extorsion de biens et vol de mobilier, et sa condamnation par un juge civil au versement d'astreintes. Puis c'est l'Etat - fait rare - qui a été condamné pour faute lourde, parce que les gendarmes ont traîné des semelles avant de poser les scellés demandés par la jeune femme et réclamés par le procureur.

Mais en juin, les avocats de Paul Canarelli, Mes Antoine Sollacaro et Marc Mondoloni, ont remporté une superbe manche. Alors que le parquet d'Ajaccio avait initialement requis la mise en examen du propriétaire du domaine, il a ensuite considéré qu'aucune infraction ne pouvait lui être reprochée : Paul Canarelli n'aurait eu aucune "intention" de violer la loi en prenant possession de la maison. "Une excellente nouvelle, puisqu'il s'agit d'une victoire au pénal. La justice a fait son travail, et rétabli l'image qu'"elle" (il ne la nomme plus) essayait de vendre : une blanche colombe face au méchant bouseux", jubile-t-il. "Quand je pense que l'occupation pour un pique-nique du jardin de Christian Clavier avait justifié de limoger un préfet, et que celle d'une maison se solde par une ordonnance de non-lieu !", peste en face Me Marc Maroselli, l'un des avocats -d'Anne de Carbuccia. Qui a fait immédiatement appel, choisi un architecte et décidé de remettre sa maison en état.

"Elle a du courage", sifflent les uns, admiratifs, avant de marquer un long et lourd silence. "Elle a de l'argent", corrigent les autres. Têtue et fortunée, les deux sont vrais. Plus la patience, vu le "véritable sac de noeuds" - dixit un juge ajaccien - auquel ressemble le dossier. A chaque rebondissement, la haine des deux protagonistes s'exacerbe davantage. Comme si derrière cette dispute foncière se cachaient d'autres enjeux ou des intérêts indicibles. Comme si la première des qualités de la maison d'Anne de -Carbuccia n'était ni ses 200 m2, qui en font de fait la plus grande du domaine, ni sa vue imprenable sur la Sardaigne. Son conseil, Me Maroselli, s'interroge : "Après avoir entendu un ministre citer cette exploitation touristique en exemple, le revirement du parquet laisse perplexe..." Et elle : "Je commence à comprendre que l'avenir de ma maison se joue à Paris."

On trouve de tout à Murtoli. On se fait de nouveaux amis. Quelle surprise, par exemple, de lire, au détour d'un dossier judiciaire, qu'un plat en or datant du IIIe siècle et traqué en vain depuis vingt-cinq ans a secrètement transité au domaine à l'été 2010 ! Estimé à plusieurs milliers d'euros, ce "clou" du trésor dit "de Lava", un peu plus au nord sur la côte, a été saisi en octobre 2010 par la police dans un Thalys en provenance de Bruxelles. Personne n'en a rien su, mais Paul Canarelli, cueilli à sa descente d'avion alors qu'il remontait de Paris, a été interrogé quelques jours plus tard par les policiers - sans être inquiété. Il a reconnu avoir eu le plat en or "entre les mains", chargé par son découvreur - "une connaissance" insulaire - de lui trouver discrètement un acquéreur parmi la riche clientèle du domaine...

Les bergeries sont aussi un repaire du pouvoir. Pensez ! François Baroin, ex-ministre du budget devenu celui de l'économie, y réveillonnait lors des dernières vacances de Noël. Si Marrakech est plutôt de gauche, Murtoli est très clairement de droite. Et une destination française très prisée en ces temps tourmentés où Nicolas Sarkozy a recommandé à ses ministres de ne pas quitter l'Hexagone, après que quelques-uns se sont compromis lors de vacances récentes au Maghreb, à la veille des révolutions arabes. Murtoli est une villégiature idéale lorsque la crise fait rage et que la consigne est d'éviter le bling-bling.

Les piliers de la Sarkozie sont particulièrement assidus. Pour vendre, à Paris, les charmes du prestigieux domaine, Pierre Charon, ancien conseiller de la présidence aujourd'hui affecté au cabinet du ministre de la ville, n'a pas hésité à poser pour le luxueux magazine Happy Few à un cocktail dînatoire donné en 2009 dans un hôtel particulier du Marais. A ses côtés... l'acteur Christian Clavier. On a vu aussi aux restaurants de Murtoli un chargé de communication de l'Elysée. Autre habitué : l'ex-ministre balladurien Renaud Donnedieu de Vabres, président d'Atout France, nouvelle agence au service du tourisme français et secrétaire national de l'UMP. Les numéros de téléphone prestigieux s'accumulent dans le répertoire des portables de Paul Canarelli.

Mais plus que ses locataires, c'est la manière dont les bonnes fées du pouvoir se penchent sur le berceau de Murtoli qui intrigue. Que le secrétaire d'Etat chargé du tourisme fasse l'éloge du "meilleur" modèle "pour concurrencer la Sardaigne", soit : Frédéric Lefebvre est un habitué de Murtoli. Que le patron des hôteliers de la région PACA, Pierre-Paul Alfonsi, récemment mis en examen pour blanchiment et recel dans l'affaire de la cavale du voyou marseillais Bernard Barresi, s'en prenne dans la presse locale à une importune jeune femme "qui semble croire que son statut et surtout ses moyens financiers lui donnent tous les droits", passe. Mais pourquoi tant d'intérêt au plus haut sommet de l'Etat ? Pourquoi le directeur du cabinet du président de la République, Christian Frémont, a-t-il pris le temps de recevoir Anne de Carbuccia et son mari ? S'il s'agit d'une "simple querelle de voisinage comme il en existe tant en Corse", comme le soutient le patron du renseignement français, Bernard Squarcini, pourquoi lui a-t-il consacré une réunion au Bristol (voir encadré) ? Pourquoi tant de gens pour voler au secours de Paul Canarelli ?

Sur l'île, l'homme possède pourtant une "réputation". "Mon grand-père était le plus grand maquignon du coin", raconte volontiers le gentleman-farmer, qui dévide la geste de ses ancêtres bergers. A Paris, on connaît bien son père, Toussaint Canarelli, ancien maire de Figari : ce boucher devenu hôtelier était un proche de "Jean-Jé" Colonna, mort en 2006 dans un accident de voiture, décrit - au choix - comme un juge de paix ou le dernier parrain corse. Canarelli père est propriétaire de l'un des plus beaux hôtels de Porto-Vecchio, le Cala Rossa. Un Relais et Châteaux pieds dans l'eau où Nicolas Sarkozy a longtemps eu ses habitudes et où il a réuni François Fillon, Eric Besson et Rachida Dati, en 2007, entre les deux tours de la présidentielle, pour préparer son duel télévisé face à Ségolène Royal. Une photo du candidat en jogging sur la plage de l'hôtel l'atteste, ainsi que quelques jolies pages de Yasmina Reza dans L'Aube le soir ou la nuit (Flammarion, 2007).

Paul Canarelli a fondé le Via Notte, la boîte de nuit de Porto-Vecchio qui accueille tous les étés la jet-set parisienne et règne sans rivale sur toute la région depuis que sa concurrente, L'Amnesia, a sauté dans un attentat. Beaucoup de ceux qui travaillent pour lui l'été dans la célèbre discothèque ont trouvé un emploi au cercle de jeux Wagram, à Paris, qui vient d'être fermé après s'être trouvé au coeur d'une guerre de succession entre voyous. Dans les auditions menées, en juin, dans le dossier Wagram, les questions que beaucoup se posent ont trouvé un début de réponse. Les plus puissants des hôtes qui sont passés par Murtoli ? A l'évidence, celui qui fut l'invité permanent du domaine jusqu'à son assassinat, en avril 2008 : le truand bastiais Richard Casanova. Mais aussi son beau-frère, Jean-Luc Germani, le chef d'une bande redoutable qui fait trembler la Corse depuis quelques années et se déplace jusqu'à Paris.

Richard Casanova fut l'un des piliers de la Brise de mer, équipe de voyous de Haute-Corse née à la fin des années 1970 et devenue, en vingt ans, le premier groupe criminel français. Un bel homme intelligent, sec, soigné, fin connaisseur de l'Afrique "underground", passionné par les réussites industrielles et financières (en prison, il était un grand lecteur de l'hebdomadaire Challenges). Le cerveau présumé du braquage d'une succursale de l'Union des banques suisses (UBS), à Genève, en 1990, qui a longtemps tenu le haut du palmarès des casses du siècle : l'équivalent de quelque 18,9 millions d'euros, dont on n'a jamais retrouvé un sou. Un voyou à l'ancienne, seize ans de cavale et des amis haut placés dans la police. A plusieurs reprises, au milieu des années 1990, des fuites venues du ministère de l'intérieur auraient différé son arrestation, tandis qu'en 1999 son nom n'était pas réinscrit au fichier des personnes recherchées.

Beaucoup s'en doutaient. Richard Casanova, dont la mainmise croissante sur des affaires et l'influence dans les jeux d'alliance entre voyous insulaires serait, selon les initiés, à l'origine de la "guerre" des équipes qui ensanglante la Corse depuis cinq ans, avait portes ouvertes à Murtoli. Le caïd aurait même chassé le sanglier et la bécasse avec Michel Sardou - un "piètre fusil", riait en tout cas le truand bastiais devant ses amis. Détail macabre mais parlant : descendus à vive allure de Bastia à l'annonce de son assassinat, deux policiers découvrent près du cadavre, au-dessus du pare-soleil de la voiture, une carte magnétique anonyme. Ils déboulent à Murtoli, la glissent sur la borne qui ouvre l'accès au domaine : l'intuition était bonne, le portail se met en branle. L'équipe roule entre les oliviers et les champs d'immortelles, avise une femme de ménage : "La maison à Monsieur Richard ? Je vous emmène !"

Voilà désormais que sa veuve, Sandra Germani-Casanova, le confirme noir sur blanc aux enquêteurs parisiens de la police judiciaire. "Richard" et elle étaient logés "gracieusement, soit dans une des maisons du domaine, soit chez Paul lui-même", a-t-elle confié les 8, 9 et 10 juin dans des procès-verbaux dont Le Monde a pris connaissance. Tous deux étaient d'ailleurs "parrain et marraine d'un fils de Paul Canarelli", autant dire "un peu comme de la famille". Mais cette mère de famille de 43 ans se souvient aussi de "vacances scolaires passées" avec son frère Jean-Luc, aujourd'hui mis en examen pour meurtre en bande organisée et, depuis quelques semaines, en cavale. "Votre frère est-il revenu cette année ?" se risque un policier. "Vous lui demanderez...", élude-t-elle.

Etrange Murtoli, qui héberge des voyous et des ministres, accueille de concert des repris de justice et des hiérarques policiers. Si la fameuse tour génoise posée sur sa crique pouvait parler, elle raconterait peut-être les fugitifs qu'elle a vus aborder ou s'en aller la nuit par la mer, sans faire de bruit ni de vagues. Elle se souviendrait sans doute de ce jour où feu "Jean-Jé" Colonna, cabotant en bateau, avait surpris, sur la plage du domaine, le patron de l'antiterrorisme de l'époque, Roger Marion, conversant avec Richard Casanova, le rival du parrain de la Corse-du-Sud. "Regarde le beau mariage...", avait-il pesté, avant de virer de bord et de faire demi-tour.

Ariane Chemin

24.mandatu da Antonino Albertini u 06/09/2011 17:45
Bravo femuneafinita. A lingua corsa , so tante lingue.. ognuno parla a lingua sua. Un capisco sti professori ki fanno i sapientoni. si parla di comu i francesi vi arrubbano a terra è quisti pensano a comme si scrive na parolla. bho...!!

25.mandatu da cappellu vicci u 09/09/2011 13:03
Avà ci sò chì l'anu cù Estrimei. Estimei chì chjama à Dite a vostra, chì vole curegge i sbagli. Lasciate lu fà Hè opera santa è ghjusta. Ci volenu i sbagli, quelli ch'anu sempre qualcosa à dì è quellui chì trovanu sempre à dì. Hè vera, ùn hè manc'à pena un foru urtugrafficu, hè un spaziu di spressione. Ognunu dice a soia è basta. Eviva quelli di Castineta

26.mandatu da cartellinu rossu u 09/09/2011 14:02

27.mandatu da REVIENS ESTRI u 09/09/2011 15:27
Libertà pè ESTRIMEI u nostru fratellu di lotta incarceratu in l'azizume.

28.mandatu da luigi piombu u 09/09/2011 19:12
Estrimei serà passionatu è sinceru ma à a fine ci n'hè una techja. Ch'ellu amparghi à rispettà a lingua è a so scrittura nanzu di dà lezziò nantu u nustrale o u micca nustrale à l'altri. O Estrimei si ùn si micca natu amparatu omancu ascolta i cunsiglii di quelli chì cunnoscemu a lingua o metti ti à u japunese...!!!

29.mandatu da J G u 09/09/2011 19:44
Eo vorrebi di a tutti sti giovani ch'elli sô appena troppu passionati per esse oggettivi ..A lingua corsa l ' haimu amparata sententula parlà e leghjendula , pe a mé parte di noi , allora e rilfezzioni e é currezzioni sô sempre e benvenute . Quandu e vo parlate l'inglese vi referate a u vostu prufessore e bé pe a lingua corsa e listessa e a mé mi pare chi estrimei sia misuratu e sensatu e mi piace a leghjelu .......point barre , cum ' ell ' ha dettu Anne Marie Natali

30.mandatu da J G u 09/09/2011 19:55
Vorrebbi aghjustà chi ,ci n'hé un'astru chi un ha più scrittu nunda : hé Mercucciu , chi ssi passa ? In fatti parlendu cusi simmu " hors sujet "

31.mandatu da judex sed lex u 10/09/2011 23:20
o JG ci sò ch'ùn sanu nè parlà nè stà zitti. Tù mi pari unu di questi. A libertà di scrive è di dà u so parè vale per tutti. Ma quellu chì sceglie di scrive, ci vole ch'ellu accetti dinù di fassi ripiglià. Ci vole ch'ellu accetti i cumplimenti, l'accuse, l'attacchi, e rimarche, e ghjasteme, i rimproveri, tira avanti è tocca. Cusinnò, si guarda un filmu o un macciu à a televisiò... Vale per mè quant'è per tè, per i giovani è per i vechji, i sapientoni, l'astuti è i carnavali. E' s'è certi mi piglianu per unu di sti carnavali, tantu megliu per mè. Aghju sceltu di scrive ..

32.mandatu da J G u 11/09/2011 07:19
O Judex , so ti capiscu bé preferiscereste ch'eo mi stia zita , ma un ci contà, l'omi dicenu che no avimu a lingua longa , hé vera e eo sô una di quelle , allora a dicila .....mi piace u cuntrastu .

33.mandatu da judex u 11/09/2011 07:53
O JG, avà sò ch'è tù sì una donna. Parla puru è ancu s'ella ti garba, traparla. U corsu n'hà propiu bisognu. Ma dimmi, à leghjeti, ùn ai micca capitu ciò ch'aghju scrittu. Un' era mancu à pena un rimproveru, era solu un custattu. L'idea era di fà accettà da tutti a sferenza di noi altri tutti chì scrivimu quì, quelli chì punghjenu, quelli chì si piglianu per prufessori, quelli chì ùn accetta cunsiglii, ecc. . Cusì chì Estrimei a s'hà chjappa per a male è ùn affacca più. Peccatu. Allora, lasciate scrive è lasciate dì: solu conta di cuntrastà, sempliciamente, senza piantà, mai.

34.mandatu da J G u 11/09/2011 08:40
O Judex a m 'hai capita che tu mi provocave per fa rivene a estri mei chi li so pigliati l'estri in veru , O estritoi hai finitu di fa u musu si o no ? ? ?

35.mandatu da Francesco u 15/09/2011 12:23
Eiu aghju amparatu a lingua corsa dinù grazzie à a Piazzetta.
Cusì dicu grazie Estrimei, grazie JG, Permalianu, Antò è à tutti l'altri.
Cuntinueghjate cusì, forza Corsica!

36.mandatu da J G u 18/09/2011 06:50
Per rivenene a u nostru littorale , vogliu ringrazià soprattuttu l'associ chi si battenu cume lioni pe salvallu . Ci vole a susteneli di tutte e manere per ch'elli riescinu a so intrapresa onorevule , risponseule e indispenseule a i ghjonni d'oghje .
AIÖ o ghjente tutti daredu a elli ! ! ! .............

Novu cumentu :


Seguitateci nant'à Facebook


L'articuli

Abbunatevi à a newsletter

Circà nant'à A Piazzetta