Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Furiani : u ritornu di "le contexte corse"

Serà una stagione nera sin'à a fine. Trè pallottule di carta nant'à u terrenu pè un corner di Rennes è simu turnati à parte pè una pulemica. Grossa fatica per tutti. Ma chì s'hè passatu ?



Ultimu di a classifica, u Sporting avia a pressione nanzu di riceve à Rennes in Furiani sabbatu sera. Una concia saria dura pè u murale di i ghjucadori è i sustenidori.

Ma di l'avisu di tutti, Bastia hà ritruvatu i so valori è a so cumbattività. Ùn ci saria nunda à dì nant'à a vittoria netta (2 à 0) ma... l'affari ùn ponu mai esse semplici à u Sporting.

Scuzzulati, i ghjucadori di u Stade Rennais anu sappiutu truvassi una scusa. Hè u ritornu di u famosu "contexte corse".

Ouest France parla di "ambiance détestable", di "intimidation et la pression mises sur l'adversaire", è di "une pluie de projectiles, de crachats et d'insultes" chì si ne saria falata nant'à l'attaccante Paul-Georges Ntep.

Furiani : u ritornu di "le contexte corse"

Per Sylvain Armand a scusa hè truvata : "il y a le contexte qui a fait que, personnellement, je n'ai pas pris de plaisir à jouer. Pour tirer un corner, il faut une armée derrière..."

Furiani : u ritornu di "le contexte corse"

A difesa di Rennes hè chjara è hè di mette tuttu in colpa à l'influenza di l'ambianza nant'à u so ghjocu. Fidighjate stu filmettu di u contu officiale di Rennes :


Ma di l'avisi di l'usservatori, i Bastiacci meriteghjanu a so vittoria. beIN Sports mette ancu dui ghjucadori di Bastia in a so squadra di a dumenicata, Squillaci è Boudebouz.

Chì si pò aghjustà d'altru ? Sempre per via di "le contexte" ?

Furiani : u ritornu di "le contexte corse"

Allora chì s'hè passatu per sente tanti lagni da a parte di i Brittoni ?

Quandu Ntep và à tirà u so corner, s'arresta è dice ch'ellu ùn pò micca tirà. Si vede qualchì scartafacciulu lampatu da e tribune. Nunda di più, ma hè digià troppu per ellu.

Nant'à RMC, u capitanu Yannick Cahuzac dice chì l'affare sente u falsu : "Je pense que Ntep était conditionné".

In l'emissione J+1 di Canal, l'arbitru Olivier Thual hà l'aria di dì ch'ellu ne face troppu. Hè chjara :

"il ne va rien vous arriver. Il faut jouer le jeu !"

Furiani : u ritornu di "le contexte corse"

U Sporting : "attenti à a trappula"

U prublema hè chì trè scartafacciuli in Furiani facenu di più tazu ch'è dece bombe agrìcule in Parigi. Hè cusì. Bastia hè survegliatu da vicinu, più ch'è l'altri.

Nant'à u so situ internet, u Sporting hà cummunicatu. Si parla di "campagne de dénigrement", di "manœuvres de déstabilisation". Mette in guardia u publicu di fà pianu, chì e minacce di sanzione pesanu. Dicenu ch'è no semu in traccia di cascà in e tràppule chì ci sò riservate à posta.

"Aujourd’hui, nous ne pouvons plus tomber aussi facilement dans les panneaux qui nous seront tendus jusqu’à la fin de la saison. Pour la réception de Rennes, pas moins de 9 officiels étaient présents. Ils seront 11 demain contre Caen, à l’affut du moindre incident. Alors qu’un match capital contre PSG se profile le 10 janvier, tout le monde doit prendre conscience que nous sommes sous surveillance particulière. Et donc en danger à chaque instant. Qu’il s’agisse du poteau de corner ou d’autres points du stade, le club appelle donc de nouveau chaque supporter et au-delà tous les membres du club à la vigilance, pour le bien de tous."

Furiani : u ritornu di "le contexte corse"

L'avisi di i sustenidori : "basta e pazzìe !"

Parechji li danu ragiò. À l'emissione di u Forum di RCFM di u 16 di dicembre, unu dice :

"Le fait de jeter des boulettes ce n'est pas grand-chose, mais vous savez très bien que les joueurs adverses vont faire arrêter le match par l'arbitre...

Jean-Michel Fraticelli, l'animatore, risponde : Il faut préciser que c’était des boulettes de papier !

- Oui les boulettes ça passe, mais le fait de cracher, quand même, cummencia à esse una vergogna ! Ci anu da trattà di salvatichi, ils vont encore nous faire jouer des matches à l'extérieur, en plus on a entendu une bombe agricole. Y en a je me demande, ils sont soit payés soit conseillés pour nuire au Sporting !

- C'est vrai que les bombes agricoles c'est interdit, le seul problème c'est que quand une bombe agricole éclate à Furiani ça fait un scandale au niveau national, lorsque ça se passe au Parc des Princes et ça arrive pratiquement à chaque match, personne n'en parle jamais

- Mais chez nous c'est multiplié par dix et beaucoup plus ! On va nous faire jouer encore des matches à l'extérieur ou à huis-clos ! (...) Ca va nous nuire. Et ça on est des milliers de supporters à le penser."
b[

...è d'altri : "basta a culpabilizazione di e tribune"

Cusì s'hè intesu à u Forum di RCFM è seranu parechji à pensà listessu.

Nant'à un altru forum, Camperemu sò parechji à esse critichi assai in quant'à l'attitutine di u club.

Si parla di deriva securitaria, di culpabilizazione sistematica di i sustenidori, chì a colpa di i guai chì u Sporting cunnosce hè colpa à l'accaniti di a tribuna Est. Certi avanzanu u fattu ch'ellu si mughja sempre contr'à elli per piattà e gattive scelte di gestione (Hantz, Makélélé...)

Unu dice :

"Ce communique est gravissime. Le fait meme de communiquer dans ce sens ca :
- Donne du credit aux lamentations de Ntep et autres pleutres.
- Met en porte a faux les supporters pointes du doigts pour des boulettes de papier (!!)
- Laisse planer un sentiment de culpabilisation des supporters quand le club est 18eme de par la faute d'un recrutement coach/joueurs qui est uniquement du fait des dirigeants
"

Un altru :

"Bientôt on va arriver à "bon oh ghjente, prochain match si il y a un corner tournez vous comme ça là ils ne pourront rien dire""

È ancu :

"je trouve cette culpabilisation en ce moment d'autant plus déplacée que le public a fait lui preuve de la plus grande retenue dans certaines affaires bien plus nuisible au club, au moins en termes d'image, que 3 crachats aux poteaux de corner..."



Ognunu stà in u so pensamentu è serà difficiule avà di truvà à cuncilià i dui. Pare luntanu u tempu di l'unione sacra. Si sente una frattura chjara in u publicu è senza risultati, a pressione serà sempre più forte.

Trà ste storie à repetizione, e sanzione, l'affare di a bandera, Brandao... hè a stazione di tutti i strazii per u Sporting.

In u 1978, Hubert Tempête cantava Le Bonheur de Bastia :


Furiani : u ritornu di "le contexte corse"

E parolle dicianu :

"Pour un petit bout de rien
On nous suspend le terrain
Sur le continent les autres sont des saints"


Nunda di novu dapoi...

u 16 di Dicembre 2014
U Webmaestru



1.mandatu da Hanzu u 18/12/2014 00:32 (da un teleffuninu)
Un mi dirangianu micca quelli chì facenu i conni in Petrignani

Ma ci vole a calmassi appena ch'o sinnò ci anu da tribià o zité !

Novu cumentu :


Seguitateci nant'à Facebook


L'articuli

Abbunatevi à a newsletter

Circà nant'à A Piazzetta